Nos séminaires

 

 

 

LES SEMINAIRES du 2ème SEMESTRE 2017.

 

N°9. La sexualité de l’enfance à  l’adolescence : des jeux sexuels aux comportements et passages à l’acte délictueux.
F. Frieh-Bungert les 11 et 12 septembre 2017.  Coût : 220€/pers.  ou sur site

Cette thématique est aujourd’hui récurrente et concerne en premier chef, les équipes éducatives et les professionnels de l’enfance. La société produit des images, des jeux, des séquences de film auxquels, sans le provoquer, l’enfant se confronte à une sexualité bien au delà de son âge, sans explications, sans paroles qui donnent sens.

La prévention auprès des enfants et des adolescents, des risques de conduites sexuelles non appropriées à leur âge ou d’agressions auprès de leurs pairs est à travailler avec les familles en lien avec les équipes éducatives. Si la loi est présente quand les faits sont avérés et permet à chacun d’être reconnu comme victime ou auteur de violence, elle peut aussi les figer dans leur construction psychique et dans leur représentation du monde.

La formation proposera plusieurs axes de travail concernant :

  • La formation des professionnels
  • La prévention de ces conduites à risques en groupe de jeunes
  • Un accompagnement des familles.

JOURNEE D'ETUDE ET ATELIER  : MYTHES DU COUPLE

les 5 et 6 Octobre 2017, Strasbourg, Clinique Ste Barbe, 29, Rue du Faubourg National

Dr Robert Neuburger, psychiatre, thérapeute de couple et de famille, Professeur honoraire de psychologie clinique ULB, ex vice-président de l’association française de thérapie familiale, ex président de l’association suisse romande de thérapie familiale.

Public : Tous les personnels intervenants auprès  des  familles  et  susceptibles  de  conduire des  entretiens  avec  des   couples.

1ère Journée, JOURNEE D'ETUDE: le 5 Octobre 2017,  de 9H à 12H30 et 13H30 à 17H

Argument:

Les indications d’entretiens et de thérapie avec des couples se font actuellement plus fréquentes, prescrites pour des problèmes relationnels, conflictuels, des problèmes sexuels, également en cas de pathologie chez l’un ou l’autre du couple : dépression, jalousie pathologique, toxicomanie..., ainsi qu’en cas de violences physiques et psychologiques,    ou encore quand les enfants sont otages d’une problématique de couple.

L’élargissement des indications confronte les intervenants à des couples dans différents contextes  :  psychiatrique,  social,   éducatif...

Rencontrer des couples n‘est pas de l’ordre de l’évidence. Le couple est une petite institution complexe organisée autour de valeurs, de croyances, ce que l’on nomme des mythes. Ces mythes peuvent être en contradiction avec les normes sociales. La question: comment créer un climat favorable à des changements possibles en évitant toute escalade symétrique stérile ? Cela passe par la reconnaissance de ces supports mythiques qui fondent l’identité du couple.

 2ème journée: ATELIER du 6 Octobre 2017, de 9H à 12H30 et de 13H30 à 17H

Argument

Du mythe fondateur aux mythes fonctionnels, devenir des supports mythiques dans les processus de crises, d’évolution, de rupture et de reconstruction.

L’accent sera mis sur les rapports entre mythes du couple et normes concernant les rapports homme-femme dans le  couple,  telles  qu’elles  sont  transmises  à  chacun  des  partenaires par  voie  transgénérationnelle,  et  par  le  contexte social.

  • Dans un premier temps, nous rappellerons brièvement les principaux éléments qui structurent les couples, en particulier les mythes et rituels à partir d’une matrice théorique qui est l’autopoiëse.
  • Dans un second temps, nous aborderons la question des mythes et croyances concernant le  couple  portés  par  les

Pour terminer sur la pratique des interventions avec les couples dans différents contextes          à partir de leur dispositif mythique.

 

N° 10 Travailler avec les familles à transactions violentes

F. Frieh-Bungert les 25-26 Septembre et 18- 19 Octobre 2017. Coût : 400€/ pers. ou sur site

Les professionnels auront  de préférence déjà acquis une formation  de base en Systémique

 Apprendre à repérer le contexte dans la quelle la violence s’exprime : facteurs internes et externes à la vie  de la famille.

Sortir de la représentation réductrice « agresseur-victime » pour développer les ressources tiers de la relation.

Savoir rejoindre les différents protagonistes dans leurs souffrances présentes mais aussi anciennes.

Soutenir leurs difficultés à s’écouter, négocier, s’apaiser vers une altérité bien-traitante.

N°11 L’intervention sous contrainte : travailler avec ceux qui ne demandent rien :   nouvelles définitions de la relation.
Guy Hardy 2 jours les 11 et 12  Décembre 2017. Coût 240€

Guy Hardy a été directeur d’un centre d’intervention auprès de familles en difficulté. Formateur en approche systémique et en Programmation Neuro-Linguistique, il anime régulièrement des sessions de formation en France, en Suisse, en Belgique et au Québec. Auteur de nombreux articles, il illustre sa démarche dans le livre : «S’il te plaît, ne m’aide pas», Éd. Jeunesse et droit et Érès, 2001.

Jusqu’à un passé récent, la « demande d’aide » était considérée comme un préalable essentiel et fondamental, pour ne pas dire indispensable, à toute intervention éducative, sociale ou thérapeutique. Son absence handicapait fortement voire rendait inefficace l’aide. Comment aider un sujet qui n’a pas demandé à l’être ? Telles sont bien les questions incontournables qui se posent aujourd’hui à un grand nombre de professionnels du champ psycho-médico-social.

Guy Hardy présentera les nouvelles pratiques systémiques à mettre en oeuvre auprès d’un public où l’aide sans la demande est donc devenue une nouvelle norme et désormais remplacée par le mandat d’aide. L’aide contrainte crée inévitablement un nouvel espace relationnel et de nouvelles postures des intervenants dans les institutions et les services.